Haute Fidélité

Amplis Intégrés

PERREAUX AUDIANT 80i






Alors que la Coupe du monde de rugby vient de mieux nous faire découvrir la Nouvelle-Zélande, Perreaux est une marque de hi-fi fière de concevoir et de fabriquer ses produits sur ces îles à la faune et aux paysages enchanteurs. Ce sont d’ailleurs quelques très beaux paysages néo-zélandais et un kiwi qui accueillent l’internaute en visite sur le site Web du constructeur. 


Suivant la tendance, ce Perreaux n’est pas qu’un simple amplificateur intégré, c’est aussi un DAC comportant une entrée S/PDIF, une entrée USB et une entrée optique. Pour faire bonne mesure, l’Audiant 80i est aussi doté d’une entrée phono MM et de deux sorties analogiques. La première sortie ligne permet de retrouver le signal de la source sélectionnée sans passer par le contrôle de volume, cette sortie analogique devient de fait aussi la sortie du DAC intégré lorsqu’une entrée numérique est en fonction. La seconde sortie ligne est celle de la partie préampli, contrôle de volume compris. Pour le reste, l’Audiant 80i est un amplificateur stéréo très bien fabriqué, à base de transistors MosFet et fonctionnant en classe AB, pour lequel Perreaux a même prévu l’intégration dans un système home-cinéma ; dans ce cas, l’entrée ligne marquée HT Loop bypasse le contrôle de volume grâce à un commutateur en face arrière.





Ergonomie
Nous sommes face à un boîtier très bien réalisé, la partie supérieure est en aluminium couleur argent alors que la partie inférieure est en tôle noire pliée et courbée sur les côtés. Cette segmentation en deux parties allège visuellement l’ensemble et facilitera son intégration dans la plupart des systèmes. Les appareils que nous préférons du point de vue de leur utilisation sont ceux qui nécessitent le moins d’apprentissage et sont les plus intuitifs. Sur ce plan, l’Audiant 80i mérite des éloges car, aussitôt sous tension, le bandeau noir de sa façade s’illumine pour afficher en blanc le nom de chaque entrée, les entrées analogiques à gauche de l’imposant bouton de contrôle de volume central, les entrées numériques à droite. Spontanément et sans y réfléchir, nous avons touché le libellé d’une de ces entrées, aussitôt elle a été activée et son label est devenu plus brillant. Difficile de faire plus intuitif, le bandeau noir est tactile et, c’est le cas de le dire, répond au doigt et à l’œil. A distance, c’est une télécommande classique qui officie. A noter que la luminosité de l’affichage est réglable afin d’améliorer l’intégration de l’Audiant 80i dans l’environnement de son utilisateur.


Technologie

L’inconvénient lorsqu’on ignore le manuel de l’utilisateur, c’est que l’on passe à côté des spécifications de l’appareil. Voyant une entrée USB, nous avons connecté notre PC et avons joué des fichiers FLAC et AIFF : très rapidement, nous avons constaté notre incapacité à jouer autre chose que des pistes natives au format CD 44,1 kHz 16 bits, le Perreaux refusant les fichiers 96 kHz 24 bits, et donc 192 kHz 24 bits issus de l’entrée USB, alors même qu’il accepte les signaux 96 kHz 24 bits issus des entrées coaxiales S/PDIF et optique. Nous en déduisons que seule l’entrée USB est incriminée, et c’est bien dommage. En outre, nous constatons que l’entrée S/PDIF passe à travers un transformateur d’isolement, ce qui est appréciable pour se prémunir du bruit et constitue une marque du soin général apporté à cet appareil. Les convertisseurs eux-mêmes sont des Sabre ESS ES9006 et l’ensemble des signaux numériques sont suréchantillonnés en 24 bits 96 kHz. Soit !





Perreaux a voulu créer un produit tendance avec DAC intégré, malheureusement il a utilisé pour son entrée USB des moyens peu en rapport avec les ambitions affichées par ailleurs, et c’est un peu dommage. Pour lire les fichiers en haute résolution, il sera probablement judicieux de la remplacer par une bonne interface USB externe à brancher directement sur l’excellente entrée S/PDIF. Concernant la partie amplification qui affiche 80 W par canal en classe AB, les transistors Mosfet sont d’origine japonaise, ce sont des Toshiba 2SJ1201/2SK1530. Les étages d’amplification sont alimentés par un transformateur toroïdal créé sur mesure, l’énergie est ensuite stockée dans 12 capacités de 2 200 microfarads chacune. La sortie vers les enceintes se fait à travers des borniers à contacts dorés d’excellente facture acceptant les fourches et les bananes. 


 

ECOUTE

Les amplificateurs mettant en œuvre des transistors Mosfet donnent le meilleur d’eux-mêmes une fois chauds, c’est pourquoi nous avons laissé le Perreaux chauffer une demi-heure avant de commencer nos écoutes.

 

Timbres : : L’Audiant 80i dispose d’une bande passante étendue, en particulier vers le bas. Sur plusieurs pistes, nous avons pu apprécier des basses assez inhabituellement profondes. Malgré cela, elles ne sont pas mises en avant et le spectre sonore reste équilibré. Les voix sont belles et chaleureuses, telle celle de Salena Jones dans la compilation des Best Audiophiles Voices N° 5 : aucune crispation ou agressivité ne vient ternir l’écoute. Le ressenti est celui d’une écoute de grande qualité sans problème aucun, avec un équilibre tonal qui ne se dément pas d’une piste à l’autre. Le saxophone de Stan Getz, dans « Só Danço Samba » sur l’album mythique Gilberto/Getz de 1964, est plein de force et de puissance alors que, dans le même album, par exemple sur « The Girl from Ipanema », les voix de João Gilberto et de son épouse Astrud Gilberto sont empreintes de douceur et de finesse. Elles arrivent à nous faire voyager au pays de la samba, et la qualité générale des timbres n’y est pas étrangère.

Dynamique : La dynamique est l’un des critères essentiels d’une prise de son. Un système audio de qualité doit pouvoir restituer cette dynamique. Nous sommes parfaitement conscients de la véritable castration subie par la très grande majorité des enregistrements lors du mixage final. Il faut bien que les ventes se fassent et pour cela que les morceaux soient encore audibles sur les lecteurs MP3 et les autoradios. Cependant, certains enregistrements en souffrent moins que d’autres, comme l’album Mythologies de Patricia Barber qui reste plein de vie et de spontanéité lorsqu’il est joué par le Perreaux Audiant 80i. Visiblement, le très bon rapport signal sur bruit de la section amplification conjointement à celui non moins excellent du DAC intégré concourt à ce résultat enviable.

Transparence : Comme la dynamique, la transparence est particulièrement bonne, surtout si l’on considère la gamme de prix de l’Audiant 80i. En dépit de son prix contenu, le bénéfice d’une fabrication soignée se fait sentir. La musique a du corps et de la matière, mais aussi de la légèreté et de la finesse. Cet intégré propose une retranscription très vivante et souvent chaleureuse. Il est à l’aise sur tous les types de musique, car ses prestations sont homogènes sur l’ensemble de la bande passante et l’extension inhabituelle du registre grave bénéficie à la totalité du message sonore.

Image sonore : La scène sonore créée par le Perreaux n’est ni la plus profonde ni la plus large que nous ayons connue, cependant, elle est précise en toutes circonstances et ne mérite aucune critique. Les interprètes sont bien en place et bien focalisés, comme sur les Tableaux d’une exposition (Moussorgski-Ravel) : nous ressentons la force et la puissance de l’orchestre symphonique et les différentes masses orchestrales restent à leur place sans créer de confusion.

 

VERDICT

Nous recommandons l’association du Perreaux Audiant 80i avec des enceintes de sensibilité moyenne ou élevée, ses 80 W par canal pleins de vigueur pourront animer des pièces de dimensions petites et moyennes sans aucun souci. La qualité de sa fabrication, sa facilité d’utilisation et sa musicalité en feront l’élément central d’un système audiophile. Son prix en fait un concurrent pour beaucoup d’amplis intégrés de sa catégorie qui n’offrent pas dans le même temps un DAC qualitatif capable de répondre à la plupart des attentes.


 

FICHE TECHNIQUE

Origine : Nouvelle-Zélande

Prix : 2 390 euros

Dimensions (L x H x P) : 430 x 70 x 310 mm

Poids : 11,5 kg

Puissance : 2 x 80 W sur 8 ohms (2 x 130 W sous 4 ohms)

Entrées stéréo : 3 entrées Ligne sur RCA, 1 phono, 2 symétriques sur XLR 
Entrées numériques : 1 USB type B, 1 S/PDIF sur RCA et 2 optiques Toslink
Résolution maximale : 96 kHz / 24 bits 
Sorties ligne analogiques : 1 préampli out, 1 line out

Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz (+1 dB - 3 dB) sur 6 Ω
Facteur d'amortissement : 400 à 1 kHz sous 8 ohms

Rapport S/B : ≥ 105 dB

Distorsion harmonique totale + bruit : < 0,05 %